Gestion des déchets hospitaliers dans la ville de Yaoundé : cas des districts de santé de la cité verte et de Biyem Assi (Cameroun)

Paul Basile ELOUNDOU MESSI

Abstract


La décentralisation des services de Santé des années  1990 a non seulement favorisé la proximité  des patients  aux formations sanitaires, mais  a aussi  contribué à l’augmentation du nombre des formations sanitaires publiques et privées. Cette situation a entraîné l’accroissement des déchets hospitaliers. Les activités de soins permettent de protéger la santé, de guérir des patients et de sauver des vies. Mais elles génèrent des déchets dont approximativement 20 % représentent un risque infectieux, toxique, traumatique ou radioactif. Les risques liés aux déchets médicaux dangereux et les moyens de les gérer sont relativement bien connus et décrits dans la littérature. Toutefois, les méthodes de traitement et d’élimination préconisées exigent des ressources et financières importantes ainsi qu’un cadre légal qui font souvent défaut dans les contextes des pays en voie de développement comme le Cameroun en général et en particulier dans les districts de santé de la cité verte  et de  Biyem Assi  dans la région du centre. Le personnel est souvent démuni pour gérer cette tâche. Or, la mauvaise gestion des risques met en danger le personnel de soins, les employés qui s’occupent des déchets médicaux, les patients et leur famille, ainsi que l’ensemble de la population. D’autre part, le traitement ou le dépôt inadéquat de ces déchets représente un risque de contamination ou de pollution de l’environnement. Dans des contextes défavorables, il est possible de diminuer d’une manière significative les risques liés aux déchets médicaux dangereux par des mesures simples et adaptées. Les hôpitaux ont la responsabilité des déchets qu’ils produisent. Ils doivent s’assurer que la manipulation, le traitement et l’élimination de leurs déchets n’auront aucune conséquence néfaste sur la santé des populations et sur l’environnement. La quantité de déchets  produits dans un hôpital va dépendre du type de structure et du taux de fréquentation. Un hôpital de district  peut produire jusqu’à 30 kg de déchets par jour, soit 210 kg par semaine et 930 kg par semaine et 10800 par an, toutes catégories confondues. Le rapport de performance 2012 de l’hôpital de district de la cité-verte présente la fréquentation globale pour l’année 2012 à 47830 patients reçus à savoir 10 421 hors district et 37409 patients qui viennent du district. Avec une moyenne de fréquentation par mois qui est estimée à 4933, soit 160 patients reçus par jour. Ceci explique le poids des déchets hospitaliers produits dans les districts de santé de la cité-verte  et de  Biyem-Assi.

.


Keywords


gestion, déchets hospitaliers, districts de santé, cité verte, Biyem Assi, Cameroun.

Full Text:

PDF

Refbacks

  • There are currently no refbacks.